Loading...
Vous etes ici :  Accueil  >  ACTUS  >  Current Article

Francine Leca: Une femme de cœur

By   /   16 octobre 2017  /   No Comments

Portrait

Première femme chirurgien cardiaque de France, elle est la pionnière de cette discipline en pédiatrie. Cardiologue de grande renommée, elle a fondé en 1996 l’Association Mécénat Chirurgie Cardiaque Enfants du Monde qui permet à des enfants issus de pays défavorisés et atteints de graves malformations cardiaques d’être opérés en France.

par Karine Casalta

PdC_59_portrait F. Leca

Son parcours remarquable, Francine Leca l’a construit à force de travail et de volonté. Si elle a toujours su qu’elle voulait être chirurgien et travailler en milieu hospitalier, c’est en première année d’internat, quand elle arrive par le hasard des concours dans le service du professeur Jean Mathey à l’hôpital Laennec à Paris, qu’elle découvre en assistant à une opération, la chirurgie cardiaque.

Soignante avant tout
« J’ai vu un cœur être arrêté, réparé et remis en marche. Cela a été une révélation instantanée ! En pédiatrie en particulier, on est en mesure de remettre ces cœurs d’aplomb, les cardiopathies guérissent de façon très spectaculaire, c’est merveilleux ! » Celle qui se définit volontiers comme «soignante» s’engage alors avec ferveur dans cette voie « qui, dit-elle, vous prend aux tripes ». Grâce à son talent et beaucoup de travail, elle saura s’imposer et faire autorité dans un milieu aujourd’hui encore très masculin. Elle gravit ainsi peu à peu tous les échelons de la hiérarchie hospitalière, jusqu’à être nommée en 1989 «Patron» du service de chirurgie cardiaque de l’hôpital Laennec où elle exercera pendant près de trente ans avant de prendre la direction de ce même service à l’hôpital Necker. Très attachée à la famille, elle mène ce parcours professionnel exemplaire tout en élevant ses deux enfants, qu’elle voit tôt le matin et tard le soir, même si elle reconnaît ne pas avoir été aussi présente qu’ils l’auraient sans doute souhaité. Une fibre maternelle qui la sensibilise, peut-être plus que d’autres, aux appels au secours qui lui parviennent durant toutes ces années de pays défavorisés, de parents en détresse qui la sollicitent pour que leurs enfants soient opérés.
«Malheureusement, nous ne pouvons pas soigner les malades du monde entier! La santé coûte très cher! Chaque opération coûte près de 12 000 euros. En France, nous sommes très gâtés avec la Sécurité sociale. Beaucoup de pays ne bénéficient pas de ce système et beaucoup d’enfants meurent ! »

A cœur vaillant rien d’impossible…
Lorsqu’elle quitte l’hôpital en 1996, c’est pour donner une chance à ces enfants d’être sauvés qu’elle fonde, avec son filleul Patrice Roynette, « Mécénat Chirurgie Cardiaque Enfants du Monde». Grâce à un réseau de bénévoles et une équipe paramédicale de pointe, les enfants sélectionnés sont transportés et accueillis pour être opérés en France. L’association, qui a fêté en 2016 ses vingt ans d’existence, compte aujourd’hui près de 300 familles d’accueil et permet d’opérer chaque année près de 200 enfants sur 11 sites opératoires en France.
Grâce à des bourses de formation, l’association permet aussi à de nombreux médecins étrangers d’être formés à examiner et diagnostiquer les pathologies cardiaques et lui adresser le cas échéant les petits patients. Si elle a arrêté d’opérer il y a peu, Francine reste décisionnaire sur la sélection des dossiers et est toujours extrêmement concernée par chaque malade « je suis en permanence tenue informée du moindre problème, de la moindre complication sur leur état de santé…». Elle s’appuie pour cela sur une équipe formidable, notamment Pascale Gray, son indispensable assistante, rencontrée en première année de clinicat, aujourd’hui directrice médicale de Mécénat.
Soucieuse de préparer la suite, Francine Leca ne décroche jamais. Elle est aussi sur tous les fronts pour faire connaître l’association et lever des fonds. Entièrement dévouée à Mécénat chirurgie cardiaque, Francine n’en est pas moins attentive à sa famille. Elle a entrepris récemment d’apprendre les échecs à la dernière de ses six petits- enfants. Car elle n’envisage sa vie que comme ça, avec les autres, « je ne suis pas du tout une solitaire». Un cœur à cœur avec les autres qui, pour elle, «donne toutes ses couleurs à la vie ! ».

Francine Leca Portrait

    Print       Email
  • Published: 1 mois ago on 16 octobre 2017
  • By:
  • Last Modified: octobre 31, 2017 @ 3:19
  • Filed Under: ACTUS

Facebook Iconfacebook like buttonTwitter Icontwitter follow button