Les belles histoires de la Corse rurale

CONTES DE PIERRES

Olivier Simonpietri – Portrait

Par Karine Casalta

Il est de ces passionnés qui savent « faire parler les pierres ». Avec son association Fighjula I Petri, il s’attèle à inventorier et valoriser le petit patrimoine bâti pour le sauvegarder et le transmettre aux générations futures.

numero51 Portrait O.Simonpietri

Car territoire rural par nature, la Corse compte bon nombre de petits édifices, ponts, lavoirs, fontaines, ou encore fours à pain, qui jonchent le maquis. Témoins silencieux de la vie des villages, ils sont – lorsqu’on sait y prêter attention – riches d’histoires sur les modes de vie et savoir-faire ancestraux. Ce sont leurs histoires que sait entendre Olivier dont l’intérêt pour ces ouvrages n’est pas totalement dû au hasard. En effet, Il s’est souvent plu à jouer autour de ces vieilles pierres ayant toujours fait partie du paysage local et, du même coup de l’histoire familiale.

Retour aux sources
Originaire du Sartenais, c’est à Cauro où sa famille s’est installée, il y a près de quarante ans, qu’il passe son enfance. Durant cette période, le maquis alentour est son domaine de jeu. C’est là aussi, au fil de ses escapades qu’il fait ses premières découvertes de petits bâtis abandonnés « À l’époque, avec les copains, nous nous contentions d’arracher les mauvaises herbes ». Et si au départ c’est par jeu qu’il entreprend d’en nettoyer et débroussailler certains, la réhabilitation de ces ouvrages abandonnés va très vite devenir une passion. Depuis il s’investit corps et âme dans cette activité où il a entraîné sa femme et sa fille. Une véritable passion qui occupe nombre de week-ends et vacances de la famille. Une passion pour le passé qu’il concilie aujourd’hui avec son métier d’informaticien, pourtant bien ancré, lui, dans la modernité.
Curieux d’en apprendre toujours plus sur les origines et les fonctions de ces petits bâtiments, il se plonge dès cette époque dans la lecture de nombreux ouvrages. Complètement autodidacte, il apprend sur le tas et au fil de ses lectures. Il redécouvre ainsi l’histoire régionale. Car ces constructions de pierres sont représentatives de la manière de construire et surtout de « vivre ensemble » au fil du temps. Chaque ouvrage est riche d’enseignement sur la façon de vivre et les relations sociales ancestrales. Par qui et pourquoi telle fontaine a-t-elle été construite ? Pourquoi un pont se trouve-t-il là? Que signifie la présence d’un four à pain à tel endroit ?… autant de questions qui le plongent dans les racines rurales de la Corse et de ses villages.
En toute logique, ce goût des pierres va l’entraîner très rapidement aussi vers la toponymie, car les noms de lieux, évocateurs de paysages et d’activités passées, ont eux aussi beaucoup à raconter. Ainsi en 2008, il publiera un ouvrage détaillé sur l’étude et la retranscription des toponymes du village de Cauro.

Riacquistu rural
Parce qu’il était désireux de partager et de faire prendre conscience au plus grand nombre la spécificité de ce bâti rural territorial et sa dimension patrimoniale, il crée en 2014 l’association Fighjula I Petri qui rassemble aujourd’hui 44 bénévoles. Du recensement de ce patrimoine, à la réhabilitation des bâtis en passant par l’organisation de visites thématiques ou les retranscriptions de toponymes, l’objectif premier est le sauvetage et la mise en valeur de ce patrimoine rural «ordinaire». Mais elle s’attache aussi à ce que les locaux eux-mêmes se l’approprient pour mieux le transmettre aux jeunes générations. Intervenant à la demande des communes ou sur initiatives individuelles, l’association compte sur l’implication de tous pour réhabiliter ces vieilles pierres et les sortir de l’oubli. Ainsi, Olivier Simonpietri est heureux aujourd’hui d’avoir pu redonner vie à ce jour à près d’une dizaine d’édifices. Il l’est peut-être encore davantage de leur avoir rendu le rôle de lien social qu’ils pouvaient avoir par le passé, faisant naître autour de chaque réhabilitation une mobilisation collective et des moments de partage gratifiants. De belles histoires en somme!

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.