DÉCHETS: LA MÉTHODE COMPLÉMENTAIRE*

Sondage Exclusif Paroles de Corse – Opinion of Corsica – C2C Corse*

Alors que la gestion des déchets a gagné un léger sursis, un panel d’insulaires s’est exprimé sur les solutions envisagées pour sortir de la crise. Pas sûr que les résultats correspondent au plan théorique de la majorité territoriale.

Tout doit disparaître. Ailleurs. L’exportation des déchets mobilise 50% du panel, soit 54% des personnes âgées de 50 ans et plus ainsi que 55% des sympathisants nationalistes. Seul hic, la majorité de Gilles Simeoni, au point fort de la crise, ne semblait pas considérer cette option comme une solution durable. Bien au contraire. L’exportation serait ainsi limitée à une période transitoire, le temps que le tri à la source se généralise. Et chacun sait que comme les mauvaises blagues, les périodes transitoires sont les plus longues. Pour sa part, le Syvadec avait évoqué cette éventualité. Le syndicat aussi comme mesure « à court terme » s’agissant des
déchets résiduels excédentaires.
Plan B
Par ailleurs, 24% du panel se prononcent pour l’incinération dont 26% des hommes et 33% des moins de 35 ans. Là encore, nous sommes loin du plan d’action validé par l’assemblée de Corse, il y a près de deux ans. Les solutions alternatives de compostage, méthanisation, TMB (tri mécano-biologique) un temps envisagé pour le site de Tallone, réunissent quant à elles 22% des sondés dont 26% des communes rurales et 24% des villes de 2000 à 20000 habitants. Dans ce cas, la valorisation des déchets et le compostage entrent bien dans la stratégie régionale, à Ajaccio et Bastia. Mais seuls 4% des personnes interrogées optent pour l’en- fouissement alors que le dispositif territorial prévoit deux ou trois centres de stockage pour prendre le relais des sites actuels pour les déchets ultimes. Reste à s’accorder sur l’emplacement de ces installations… La bonne blague.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.